Confirmation par blanquer: Une campagne de piquouse expérimentale via les collèges et lycées dès la rentrée !

Blanquer précise qu’une campagne de vaccination débutera, dans les collèges et les lycées, dès la rentrée scolaire pour les élèves de plus de 12 ans.

« Dans tous les collèges et lycées de France, élèves et personnels auront accès au vaccin, à proximité ou au sein même de leur établissement, fait savoir le ministre. Selon les situations, soit des équipes mobiles viendront vacciner dans les établissements, soit nous organiserons le déplacement des élèves volontaires, en lien avec les services de santé, vers les centres de vaccination. » 

Pour les enseignants, Jean-Michel Blanquer a jugé « ni légitime, ni souhaitable, ni utile » d’exiger un passe sanitaire, préférant miser sur « une logique de confiance et de responsabilité ».

En cas de contamination dans une classe, la période d’isolement de sept jours, donc d’école en distanciel, ne sera pas requise pour les élèves vaccinés, « la même règle que pour le reste de la population », a fait valoir le ministre. « Un élève non vacciné est dans une situation plus risquée qu’un élève qui a reçu au moins une injection. Lui demander de rester chez lui en cas de contact à risques, c’est le protéger et protéger les autres », a-t-il expliqué. En primaire – niveau dans lequel les enfants n’ont pas l’âge pour être vaccinés –, la règle reste la fermeture de toute la classe pour sept jours en cas de contamination.

Une attestation de vaccination par les parents suffira

Pour protéger le secret médical, le statut vaccinal de l’élève sera communiqué sur la foi d’une attestation de vaccination des parents. « Les parents sont libres de ne pas dire si leur enfant est vacciné ou non, mais cela relève de leur responsabilité individuelle et cela déterminera la possibilité pour l’élève cas contact d’être isolé ou de continuer à fréquenter les cours, » explique le ministre.

Les syndicats circonspects

Les syndicats d’enseignants peu convaincus par le protocole sanitaire de rentrée.

« Le protocole est plus léger qu’en juin dernier notamment au niveau de la restauration scolaire (…) alors que le taux d’incidence est plus élevé chez les élèves à cause du variant delta », a déploré dans un tweet Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire.

« Niveau 2 du protocole en métropole mais peu de réponses sur le reste : qui va encadrer les opérations de vaccination ? (…) Quelle politique de tests dans le second degré ? », questionne sur Twitter le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

Le gouvernement « n’a pas investi dans un certain nombre de choses, que ce soit dans des personnels ou dans du matériel »s’est inquiété sur LCI Jean-Rémi Girard, président du Snalc (Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur) pointant du doigt par exemple le problème de l’aération. « On ne va pas du tout la renforcer. Je ne peux pas ouvrir mes fenêtres plus grandes que je ne le faisais l’an dernier », a déclaré le syndicaliste.

source: ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :